Les limites de l'indignation - La révolution commencera-t-elle à Bure ? Jan SPURK
Editions du croquant.

La masse de déchets nucléaires ne cesse d'augmenter. Que faire avec ces déchets ? Pour la filière nucléaire en France et beaucoup d'autres acteurs, son enfouissement à 500 mètres de profondeur à Bure est la meilleure solution.
Personne ne nie la nécessité de traiter les déchets nucléaires. Ce projet rationnellement mené depuis plus de vingt ans n'est cependant pas consensuel. Bien au contraire, il a créé de la part des opposants à ce projet des affinités électives contre le projet entre des acteurs très différents : de l'agriculteur aux ZADistes en passant par l'Eglise catholique. Le projet avance (difficilement) et la critique des opposants s'est transformée en une véritable indignation contre le projet et ses promoteurs. Cette indignation est-elle condamnée à s'essouffler ou peut-elle se transformer en un projet de société ?

L'opposition citoyenne au projet Cigéo - Cadrage géographique et enjeux géopolitiques locaux et globaux
Sous la direction du Prof. Pierre Ginet, géographe
Editions l'Harmattan

La filière nucléaire française est confrontée au devenir des déchets radioactifs qu'elle produit. Leur enfouissement à Bure (55) est la solution envisagée par une Etat, sourd aux interrogations d'une partie croissante de la population. Une douzaine de citoyen-ne-s qualifiés dan sle champ des Sciences sociales, des Sciences de la vie et de la terre et du Droit s'expriment ici. Leur parole se construit autour de constats et d'hypothèses adressés à l'Etat nucléaire, élément d'un système global que nous nommons Système de Davos. Ce livre constitue l'espace de rencontre inédit de deux logiques ordinairement distinctes : celle d el'universitaire et celle de citoyens, non pas considérés ici comme objets d'étude et ignorants, mais comme sachants et dépositaires de la légitimité ultime de décider ce qui doit se faire ou non en termes d'aménagement. Notre réflexion interroge aussi le rôle fondamental que l'Université doit revendiquer et consolider, spécialement dans le champ des Humanités, celui de former des citoyen-n-es capables d'analyser et de comprendre les dynamiques géopolitiques à l'oeuvre et de peser le cas échéant sur elles et sur le cadre décisionnel qui les a formulées. Car le clivage entre citoyen-ne-s et expert-e-s gagne à être entretenu par un système qui tire profit d'une telle instrumentalisation pour perpétuer son emprise et sa survie. Car au-delà de la question du devenir des déchets nucléaires, la question posée par Cigéo est celle de la capacité d enos prétendues démocraties à le devenir réellement, ou à achever leur métamorphose en totalitarisme d'un genre nouveau, insidieux, global, incoercible.

Y a-t-il une éthique de la gestion des déchets radiocatifs ?
Avec les contributions de Jean-Pierre LOISEL, Jacques ARNOULD, Bertrand BARRE, Alain BUCAILLE, Elizabeth Dowdeswell, Saida Laârouchi Engström, Jean-Maurice de Montremy et Jean-Louis Serre.
Editions Vuibert

Ouvrir des horizons de réflexion pour alimenter les travaux sur la gestion des déchets radioactifs et enrichir ainsi les différents solutions possibles pour l'avenir, tel est le sens de cet ouvrage, prolongement naturel d'un premier volet intitulé "faut-il avoir peur des déchets radioactifs ?" Dans ce domaine, les voies nouvelles sont le fruit d'une interaction permanente entre les univers scientifiques et techniques, et le monde social. Qu'il s'agisse d'établir des parallèles avec les questions éthiques, liées aux sciences du vivant, de réfléchir sur les enjeux de la mémoire ou d'anticiper les mondes futurs, l'intention est de laisser s'exprimer des points de vue de personnalités, tant du côté de la sociologie et de la littérature que du domaine nucléaire et de la génétique.


Ces ouvrages sont disponibles en prêt sur demande auprès du secrétariat du Clis.